L’AUTORITE PATERNELLE UNE NECESSITE

« Tel père, tel fils » : voilà une expression qu’on n’entend presque plus. L’absence des papas, dans l’éducation des enfants, en est la cause. C’est une démission grave. Elle nuit terriblement à l’harmonie de la famille et de la société. Or lorsque les papas s’impliquent dès la grossesse de la maman, l’enfant se développe mieux. Encore dans le sein maternel, il entend tout autour de sa maman, perçoit ses moments de bonheur ou de tristesse. Ses sens sont en éveil à moins de 3 mois dans ce berceau maternel. Le bébé-embryon devenu fœtus mémorise la voix de maman et même de papa qui est auprès d’elle ; quand il est doux, délicat, amoureux de son épouse le fœtus le ressent. Tout ce qui lui manque c’est de voir le visage de ses parents. Les voix, les goûts, les arômes des aliments que la maman consomme, bébé s’en souviendra, sans le savoir, toute sa vie.

Malheureusement, surtout depuis la révolution ou le bouleversement social de mai 68 en Europe – « Il est interdit d’interdire » – et face à la montée en puissance d’un féminisme « engarçonnant », l’autorité du père est combattue et dévalorisée. Elle n’apparaît plus comme indispensable et vitale. L’Afrique est de plus en plus contaminée par ce phénomène asphyxiant. Tous les projets sociaux sont orientés vers la promotion du « genre« , soutenue par l’anglicisme « women empowerment » qui, d’une part, signifie renforcement de capacité de la femme et de la fille, et d’autre part renforcement du complexe de culpabilité et dévalorisation du masculin, donc de l’homme et du garçon. Pourquoi alors s’étonner que jamais on ne parle de la promotion et de l’émancipation masculine, encore moins de la paternité responsable ? L’Occident décadent s’est évertué à évacuer de la vie humaine l’autorité paternelle de Dieu. Et c’est très grave. Conséquence, les pères ont baissé les bras, ils se sont comme évanouis, comptant de moins en moins, enfermés dans un individualisme inquiétant. Les mères aujourd’hui, comme on le constate, sont souvent seules et toutes puissantes dans l’éducation des enfants… Le féminisme contemporain identifie la mère à « Gaïa », déesse de la mythologie grecque, ancêtre et mère génitrice de toutes les races divines. Elle est mieux connue comme la mère des Titans. Cette divinité primordiale est aussi la personnification de la Terre.  Dieu, Père Tout-Puissant, doit être désormais gommé au profit de Gaïa, déesse mère, Toute-Puissante… Adieu le père !

En effet, un proverbe japonais dit qu’il y a quatre fléaux (ou catastrophes) : le typhon (un grand tourbillon violent), le tremblement de terre, la foudre et le père. A priori, ce proverbe fait sourire. Malheureusement, beaucoup d’enfants ne connaissent pas leur père tout comme il y a beaucoup de pères qui ne reconnaissent pas leurs enfants. C’est dramatique !

En effet, beaucoup de pères ont déserté leur mission qui, dans l’amour conjugal dialogué, est basée sur trois devoirs principaux: nourrir, protéger (la symbolique du thorax entre les deux épaules représente la force, la virilité et la protection tant pour l’épouse que pour les enfants. Elle est nécessaire en particulier pour la construction du petit garçon avec la confiance en soi) et guider, en un mot faire grandir humainement, moralement et spirituellement. Et comme la nature a horreur du vide, la mère souvent esseulée dans le foyer essaie de remplir la mission désertée par le père. Et oui, la meilleure maman du monde ne peut pas jouer le rôle de père et l’inverse est aussi vrai.

Partout où la tête manque à sa mission, je parle du chef de famille, le corps en entier  non seulement vit dans un malaise indescriptible, mais se trouve encore plus déstabilisé. On ne sait plus où donner de la tête. L’autorité paternelle est une nécessité, mais elle doit être exercée sous le regard paternel de Dieu, le juste juge, le père plein de tendresse. Le père a pour mission d’aimer d’un amour sans feinte et sans prétention masculine son épouse, de faire grandir chaque enfant et de coordonner les différences de talents et de caractères dans la recherche de l’union familiale, source de bonheur pour tous.

Pour l’enfant, il n’y a rien de pire que la fusion et la confusion entre papa et maman. Mais, il n’y a rien de plus beau que l’union des cœurs, différents et concordants entre eux. Dieu les a voulus différents pour une meilleure harmonie, une complémentarité exquise.

Entre nous, plus la femme se sent obligée de remplir la maison de sa présence en se battant toute seule et sur tous les fronts, plus l’homme fuit ses responsabilités, baisse les bras et abandonne son devoir d’état pour courir d’autres aventures. Mesdames restez à votre juste place !…

Les Latins disaient : « Qui educat, magis pater, quam qui genuit« , celui qui éduque un enfant est plus père, plus important que le géniteur. Le père c’est l’autorité qui éduque à bien se tenir d’abord en famille, puis en société…

« Le père a pour mission d’enraciner son fils (fille) dans son identité personnelle, de lui donner une sécurité, de l’aider à affronter la réalité avec des épaules solides, de soutenir ses pas, bref, de forger chez l’enfant une « colonne vertébrale ». Un père peut exiger beaucoup lorsqu’il aime beaucoup. La crainte de laisser faire pour ne pas perdre l’estime de son enfant, produira un effet contraire. Ce dernier aura le sentiment que son père ne s’intéresse pas à lui. Combien de jeunes font des bêtises dans l’unique espoir qu’on s’intéresse à eux, qu’on les rassure. Voilà pourquoi les sectes ont tellement de succès auprès de ces jeunes à la personnalité fragile, avides de certitudes et de sécurité. Le « gourou », idéalisé par l’adepte, se substitue au père. Soumis à ses règles, le jeune homme lui voue une confiance aveugle. En dehors du cocon fusionnel sectaire, il perd toute assurance en lui-même. »…

+Pascal N’KOUE.
Omnium servus


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *