67ème édition du Pèlerinage marial national à Dassa-Zoumè

Par l’Abbé ZOMAHOUN Koba Damien, curé de la paroisse Sacré-Cœur de Dassa-Zoumé.

Dans le respect des gestes- barrières contre la pandémie de la Covid-19 exigé par le gouvernement béninois ainsi que la Conférence Episcopale du Bénin, la 67ème  Edition (1954- 2021) du Pèlerinage marial national à la Grotte Notre-Dame d’Arigbo de Dassa-Zoumé s’est tenue les 20, 21 et 22 août 2021. Autour du thème « Tous frères sous le manteau virginal de Marie, Etoile de l’évangélisation », des milliers de pèlerins et de pèlerines, venus de tous les dix diocèses de l’Eglise au Bénin et d’ailleurs, ont vécu cette marche de trois jours dans la foi et la prière. En leur faveur, le révérend père Barnabé BOCOVO, curé de la paroisse Saint Lucien d’Ahouaga à Abomey, a développé sous forme de catéchèse ce thème dans la matinée du samedi 21 août 2021. C’était à travers une belle conférence donnée en français, mais traduite en fon, Anglais, Yoruba et Bariba, où le conférencier a défini en cinq points principaux comment la Vierge Marie a évangélisé. L’invité d’honneur de cette 67ème édition du pèlerinage, qui  présida la messe pontificale de clôture, est Son Eminence John Olorunfemi Cardinal ONAIYEKAN, archevêque émérite d’Abuja, au Nigéria.

Avec des dispositions sécuritaires et sanitaires, doublées cette fois-ci de la sensibilisation des pèlerins et pèlerines à la vaccination contre la covid-19, on pouvait voir le révérend père Fortuné BADOU, Directeur du Centre National de Pèlerinage Marial (CENAPEM) et Recteur du Sanctuaire, s’activer à l’accueil avec son équipe au premier jour du pèlerinage. Dans un élan d’action de grâce à Dieu et de gratitude envers les autorités de notre pays, il accueillait les fils et filles de la Madone. « Je vous salue très fraternellement [lit-on de lui dans l’éditorial de la plaquette du pèlerinage] et vous remercie d’avoir voulu et effectué ce pèlerinage malgré la situation sanitaire que l’humanité traverse depuis un certain temps (…) Chers frères et sœurs pèlerins, je vous souhaite un fructueux pèlerinage sous le manteau maternel de Marie. »

La messe d’ouverture du pèlerinage présidée le 20 août 2021 au soir, par Son Excellence Mgr François GNONHOSSOU, sma, évêque du diocèse de Dassa-Zoumé, a été animée par la Maîtrise du diocèse de Dassa-Zoumé. Toutes les activités prévues dans le cadre de ce pèlerinage se sont déroulées sans anicroches, avec comme points d’orgue la procession au flambeau avec la statue de la Vierge Marie et la messe des nouveaux prêtres des années 2020 et 2021. Une attention particulière a été accordée à la célébration, par Son Excellence Mgr Martin ADJOU-MOUMOUNI, évêque de N’Dali, de la messe pour les malades, dans le sanctuaire marial. Le recours au sacrement de réconciliation et de pardon a été observé par plusieurs pèlerins, qui sont repartis réconfortés et raffermis dans leur foi, sous la protection de la Bienheureuse Vierge Marie.

Au début de la messe de clôture, qui aura duré trois heures d’horloge (9h30-12h22) et entièrement retransmise en direct par l’ORTB, Son Excellence Mgr François GNONHOSSOU, sma, a souhaité la bienvenue au Cardinal ONAIYEKAN, à Mgr Mark Gerard MILES, nouveau Nonce apostolique près le Bénin et le Togo, aux évêques du Bénin, aux diverses autorités, aux prêtres concélébrants, aux religieux et religieuses et à toute l’assemblée pèlerine.

 Dans son homélie, le Cardinal ONAIYEKAN a rendu grâce au Seigneur et s’est personnellement réjoui de pouvoir finalement prendre part à ce grand rassemblement marial national à Dassa-Zoumé, « après tout au moins deux vaines tentatives » d’invitation par la Conférence Episcopale du Bénin. Il a partagé avec tout le peuple de Dieu réuni un enseignement de grâce à partir des textes liturgiques du 21ème dimanche du Temps Ordinaire Année B (Jos24, 1-2a.15-17.18b ; Ps33 ; Ep5, 21-22 ; Jn6, 60-69). Avec une insistance particulière sur le primat de la foi au vrai Dieu révélé en Jésus Christ, le Cardinal ONAIYEKAN a souligné les défis auxquels est confrontée l’Eglise Famille de Dieu en Afrique, au plan de la foi authentique et des valeurs sacrées du mariage et de la famille. Il voyait ce pèlerinage marial dans la lumière de l’assemblée convoquée par Josué à Sichem. « Comme Josué, disait-il, vos dirigeants dans la foi vous ont tous convoqués des différentes contrées de toute la nation béninoise, à ce sanctuaire marial, pour déclarer et confirmer notre foi dans le Seigneur Dieu Créateur du ciel et de la terre. ». Pour lui, il s’agit d’une bonne opportunité pour se rappeler les hauts faits de Dieu dans notre voyage de foi et pour méditer sur notre engagement baptismal. «Nous sommes aujourd’hui, nous aussi, appelés à reconfirmer notre foi dans le Seigneur Jésus-Christ, qui est le Saint de Dieu. [Car] Nous sommes encore constamment confrontés au choix entre le vrai Dieu et les faux dieux, qui ont pour noms : la gourmandise, la superstition, le manque d’amour pour Dieu et pour le prochain. Nous devons décider de choisir le Dieu de bonté, de justice, de paix et d’amour et rejeter les démons de la haine, de la corruption, des conflits et de l’égoïsme. » En exhortant tout paternellement les pèlerins et les pèlerines, le Cardinal présentait ainsi la foi authentique : «…nous avons eu à choisir de donner notre vie à Dieu en Jésus-Christ, et de nous approcher de lui, non plus à travers des images et rituels de nos religions traditionnelles, mais à travers l’adoration du Dieu unique en trois Personnes, en ligne avec la foi catholique reçue des Apôtres. » Et la foi authentique, telle une onction divine rejaillit dans les relations conjugales, familiales et sociales. C’est pourquoi, « Nous devons continuer d’insister sur l’importance de la famille dans notre voyage de foi. Les parents ne doivent pas échouer dans leur responsabilité en cette matière. (…) Une bonne famille catholique est comme une brillante lumière au milieu de l’obscurité, un modèle pour tous à admirer et à imiter. C’est un idéal qui est possible, car avec Dieu toute chose est possible. »

L’événement de ce pèlerinage a permis au peuple de Dieu réuni de se réjouir dans le Seigneur et de chanter en chœur que la Vierge Marie, « Celle qui a cru… » (Lc1, 45), est l’honneur et la gloire de notre peuple. Tous les âges la diront bienheureuse (Cf. Lc1, 48). Qu’elle « porte nos demandes , disait le Cardinal ONAIYEKAN, devant le Trône de Dieu » Daigne-t-elle assister et cheminer avec notre pays, ainsi que tous ceux et celles qui ont œuvré à la réussite de ce 67ème pèlerinage marial national à Dassa-Zoumé : les autorités gouvernementales, la Conférence des évêques du Bénin, le prélat hôte d’honneur, les autorités militaires, paramilitaires, civiles et coutumières ; les autorités et agents des services de santé, de la Croix Rouge, de l’eau et de l’électricité, de la presse écrite et de l’ORTB ; les marguillers, les scouts, les chorales, les servants de messe, les prêtres et les religieuses, tous les bienfaiteurs et bienfaitrices connus ou non connus.

A l’intercession de cette Mère très pure, nous recommandons les révérends pères Joseph BABATUNDE et Etienne SOGLO, prêtres aînés du diocèse d’Abomey et pèlerins permanents à la Grotte Notre-Dame d’Arigbo de Dassa-Zoumé, qui s’en sont allés pour l’Eucharistie éternelle au cœur des jours de ce pèlerinage. Requiescat in pace !


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *