Chronique 13 : Le culte des saints : ni nécromancie, ni idolâtrie !

Bien-aimés du Seigneur, Paix et Joie à vous

De la part de Jésus Christ, notre Sauveur

Les saints ne sont pas divins et ne jouissent pas de l’omniscience et de l’omniprésence de Dieu pour entendre toutes les prières qui leur sont adressées des quatre coins du monde. Et de toutes les façons, ils ont mieux à faire au ciel que de s’occuper des problèmes de ce monde des ténèbres.

L’Ecriture déclare qu’il n’y a qu’un seul Médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus. (Cf. 1Tim 2,5), un seul avocat ou défenseur, (Cf. 1Jn 2, 1) capable d’éloigner de nous la colère de Dieu due aux péchés.

La prière que le Christ a enseignée à ses disciples s’adresse directement au « Père » sans intermédiaire. Prier les saints relève de la nécromancie ou de l’idolâtrie. Voilà en quels termes certains décochent des flèches acérées contre la pratique multiséculaire du culte des saints dans l’Eglise catholique.

Il est certainement aisé de demander à chacun de s’occuper de sa foi pour rencontrer Dieu et l’aimer ; mais le devoir du témoignage oblige le chrétien catholique à défendre sa foi dans l’arène moderne du pluralisme religieux et à rendre compte de l’espérance qu’il porte en lui. (1P 3, 16).

Pour nous catholiques, vénérer ou honorer les saints, c’est proclamer solennellement la foi en la résurrection du Christ d’une part et, en la communion qui unit les membres de son Corps mystique, l’Eglise d’autre part.

En effet, les saints ne sont pas perçus par les chrétiens catholiques comme des morts mais des vivants en Dieu et avec Dieu. « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, fût-il mort vivra » dit Jésus (Jn11, 26). Demander donc l’intercession des saints ne peut alors s’inscrire dans une démarche de nécromancie ou de superstition.

Quant à la communion entre les membres du Corps mystique du Christ, Saint Paul l’exprime en ces termes : « C’est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps. Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit. (…) Il y a donc un seul corps mais plusieurs membres. (…) Il a voulu ainsi qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les différents membres aient tous le souci les uns des autres. » (1Co 12, 13.20.25) Dans le Christ, tous les chrétiens forment un seul Corps et sont unis par le lien de la charité que rien ne peut briser pas même la mort. C’est au nom de ce lien d’amour et d’entraide que le chrétien peut demander l’intercession des saints au cours de son pèlerinage sur la terre. Et ce faisant, il ne prive nullement Dieu de la gloire qui est lui est due. En effet, Dieu est le seul Saint ! et toute sainteté vient de lui. La préface des saints le précise bien : « Tu es glorifié dans l’assemblée des saints. Lorsque tu couronnes leur mérite, tu couronnes tes propres dons ». Aucune rivalité ni jalousie n’est envisageable entre Dieu et les saints. De la même manière l’intercession des saints s’inscrit bien dans celle du Christ unique Médiateur et Défenseur entre Dieu et les hommes. En Jn 10, 16, Jésus se définit comme « le seul berger » mais cela ne l’empêchera pas de dire à trois reprises à Pierre « sois le berger de mon troupeau » en Jean 21, 15-17.

Et quand St Jacques dit : « Priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La supplication du juste agit avec beaucoup de force. » (Jc 5,16), il établit clairement le pouvoir d’intercession des membres du Corps du Christ. Saint Paul n’hésite pas à demander aux Thessaloniciens (2Th 3, 1-2) de prier pour lui. Pourquoi ne s’adresse-t-il pas directement à Dieu ? Dans l’Ancien Testament, Abraham (Gn 18), Elie, Elisée et surtout Moïse ont été de puissants intercesseurs. Si la supplication de l’homme de Dieu agit avec puissance sur terre, à plus forte raison quand il est en pleine communion avec Dieu. Saint Jean, dans l’Apocalypse voit la prière des saints sous le symbole du parfum (Ap 5,8) monter vers Dieu (Ap 8, 3-4).

Chrétiens catholiques, soyons fiers de prier les saints en commençant par notre saint patron car le lien d’amour qui nous unit à eux ne peut être brisé par la mort. Ils sont nos intercesseurs auprès de Dieu. Sentons-nous libres d’invoquer tel ou tel saint en fonction de la cause à laquelle il a été associé ou du charisme qu’il a reçu de l’Esprit saint :

  • Sainte Anne pour les femmes enceintes.
  • Saint Joseph pour les familles.
  • Saint Antoine de Padoue pour les objets perdus.
  • Sainte Rita pour les causes désespérées.
  • Saint Etienne pour le courage dans la persécution.
  • Saint Paul pour la prédication.
  • Saint Benoît et saint Padre Pio dans le combat contre les esprits mauvais.

Enfin, s’il est bon de prier les saints, il est encore meilleur d’imiter leurs vertus.

A jeudi prochain, si Dieu le veut !


Père Eric Oloudé OKPEITCHA

Diocèse de Porto-Novo


Commentaires

  • Très bon enseignement dont le titre est un peu en déphasage avec le contenu c’est-à-dire que le contenu ne vient que renforcer ce que le chrétien catholique connaissait des saints, alors que lorsqu’on s’arrête seulement sur le titre pour zapper, on commettrait une erreur de jugement. Très bon sacerdoce à vous cher Père

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *