Chronique 03 : La culture du repos

Ecouter la Chronique 03

 

Bien-aimés dans le Seigneur,
Paix et joie de la part de Jésus Christ, notre Unique Sauveur !

 

Généralement conçus comme la période pendant laquelle une personne cesse ses activités habituelles, les congés ou les vacances font normalement partie du cycle ordinaire de l’année du travailleur et relèvent même de l’ordre d’un droit reconnu. Sous d’autres cieux, c’est presqu’un malheur que de ne pouvoir s’offrir avec sa famille un temps de vacances marqué par la découverte de nouvelles réalités que l’on prend plaisir à raconter photos et vidéos à l’appui aux amis à la reprise.

Mais force est de constater chez nous, sous les tropiques, que beaucoup renoncent facilement à la jouissance de ce droit pour plusieurs raisons. Entre autres, mentionnons l’incapacité à se détacher du travail que l’on fait, la difficulté à trouver un suppléant efficace, le manque de ressources pour s’offrir des vacances dignes. Ce faisant, ils accumulent des années de service sans le moindre temps de congés. Les seuls repos dont jouit par moment leur corps sont ceux imposés par le médecin avec forte insistance en cas « d’excès de fatigue » ou de maladie.

Et pourtant, tout en nous et autour de nous évoque et plaide pour  l’alternance. Grâce au cycle des saisons, la terre elle-même s’offre des périodes de repos. Dans un langage anthropomorphique, le livre de la Genèse nous parle du repos de Dieu lui-même « Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. » (Gn 2,2). On comprend alors que Dieu ait érigé le repos du septième jour en un commandement bien inscrit à l’intérieur des « dix paroles » qui décrivent les piliers de la vie morale et religieuse de son peuple. (Exode 20, 8-11). Le Christ lui-même n’hésitait pas à accorder à ses disciples un temps de repos du retour des activités missionnaires intenses. « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » (Mc 6, 31)

De tout ce qui précède, il ressort qu’il nous faut redécouvrir la culture du repos en reconnaissant à la suite du Pape Saint Jean-Paul II dans la Lettre apostolique Dies Domini, (n°65)que « l’alternance du travail et du repos, inscrite dans la nature humaine, est voulue par Dieu lui-même ». Il nous faut interrompre par moments le cycle infernal du stress permanent que nous impose le travail pour jouir des vacances et des congés. Notre corps a besoin du repos pour se refaire et se remettre dans les dispositions à continuer le travail. L’en priver systématiquement l’exposerait à des dommages parfois irréversibles. Et puisque notre corps est un don reçu de Dieu, nous devrons en rendre compte un jour devant Celui qui est le Juge des vivants et des morts.

D’une manière concrète, intégrer la culture du repos, c’est :

  • respecter strictement le temps du repos qu’il soit journalier, hebdomadaire, mensuel ou annuel.
  • apprendre à programmer ses congés ou vacances pour en faire des moments de régénérescence à travers de sains loisirs : activité physique, jeux, lecture, cinéma, musique et voyages.
  • se payer le luxe de prendre du temps pour aller à la rencontre des personnes que nous dépassons habituellement sans la moindre attention.

Agréable moment de vacances à tous et à chacun

A jeudi prochain, si Dieu le veut.

 

Père Eric Oloudé OKPEITCHA

Diocèse de Porto-Novo


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.